Escarres ou ulcérations plantaires chez le lapin

 

 

Esther van Praag Ph.D.

 

 

MediRabbit.com est financé uniquement par la générosité de donateurs.

Chaque don, peu importe la somme, représente maroonune contribution considérable et aidera à la poursuite de la recherche sur les maladies, les soins, et la santé des lapins.

Merci 

 

ATTENTION: cette page peut contenir des images qui peuvent être pénibles pour certaines personnes.

Le mal de pattes (pododermatite) est une maladie de la peau et une maladie musculo-osseuse, dont l’origine est multifactorielle. Les lapins adultes sont plus fréquemment affectés que les jeunes, les grandes races plus souvent que les petites races. La cause principale est souvent d’origine traumatique, en raison de la pression sur la plante du pied, provoqué par exemple par des courses sur un sol rugueux ou abrasif (par ex. tapis rugueux, carrelage, sols en vinyle ou grillagés), plus rarement par le fait de tambouriner régulièrement chez des lapins inquiets ou nerveux. Une mauvaise hygiène de la cage peut être une autre cause de pododermatite

MediRabbit

Géant de Flandre mettant tout son poids sur ses talons, au lieu des doigts du pied.

L'héritage génétique joue aussi un rôle. Les lapins appartenant à la race Rex ont un poil court et doux, offrant peu de protection aux plantes des pieds. Chez les lapins angoras, la fourrure ne doit jamais être enlevée des pieds, lors du rasage du poil. Certains lapins prennent une mauvaise posture du corps. Au lieu de reposer tout le poids de leur corps sur leur doigt (les lapins sont digitigrades), ils déplacent leur poids sur le métatarse et le talon. D’autres positionnent leurs pieds incorrectement, en les étirant trop vers l’avant du corps. Dans les deux cas, une énorme pression de développe au niveau du talon, causant le développement d’escarres, d’ulcères ou d’abcès.

Ces causes diverses entrainent une diminution de la circulation sanguine au niveau des membres postérieurs, plus rarement des membres antérieurs. Le manque d’oxygène (ischémie) induit la destruction des tissus (nécrose). Une escarre se forme et peut se développer en ulcère ou en abcès, accompagné d’infections bactériennes secondaires. L’infection se répand vers les tissus localisés plus profondément, pouvant entraîner une infection des glandes lymphatiques, de l’os (ostéomyélite) ou une septicémie générale. A ce stage, la condition est très douloureuse, le lapin évitera de se déplacer, et deviendra incontinent pour l’urine et les excréments. Une réduction de l’exercice entraînera une réduction de la circulation sanguine dans les membres. Un cercle vicieux se crée, et la condition générale du lapin se détériore rapidement

Lorsque l’os est atteint, les tendons ou les ligaments peuvent se déplacer avec le temps, causant une invalidité permanente. Cette condition se reconnaît facilement à l’allure spéciale du lapin, qui met tout son poids sur le talon, au lieu des doigts.

Diagnose

La pododermatite commence en général avec la disparition de poils sous la plante des pieds. La peau se kératinise et devient enflammée et rouge, avec une nécrose des tissus au centre de la plaie. Des ulcères et des abcès peuvent être présents. La présence de pus signale la présence d’une infection bactérienne. Si les lésions ne sont pas traitées, l'infection peut s’étendre aux tissus localisés plus profondément, entraînant parfois une infection du système lymphatique, de l'os (ostéomyélite) ou une septicémie générale. Le lapin est souvent agité, avec montre une diminution de l’appétit et une perte de poids

Paula Carter

MediRabbit

Peau nu sur le talon du lapin. A gauche, un pied sain avec une ligne où la peau est sans poils lorsque l’on peigne les poils sur le côté. A droite, lapine Rex souffrant de pododermatite. 

Signes cliniques

Les signes cliniques et la conduite du lapin suffisent d’ordinaire à une bonne diagnose du problème. En cas de l'infection bactérienne, les cultures bactériennes permettent de confirmer la présence de Pasteurella sp. ou de Staphylococcus aureus. Il est néanmoins hautement recommandé de faire une culture bactérienne, suivi par un test de sensibilité aux antibiotiques.

Si la pododermatite n’est pas soignée, la condition progressera:

        Stade 1: apparition d’une alopécie sous la plante des pieds, due à la compression des follicules pileux au niveau du derme, accompagné d’un épaississant de la peau (hyperplasie épidermique et kératinisation anormale de la peau). Aucun saignement n'est observé.

        Stade 2: la peau est épaisse, due à l’hyperplasie épidermique et la parakératose. De petits saignements sont observés. Apparitions de callosités. Le lapin souffre à ce stade.  

        Stade 3: la peau est nue, épaisse et dure, avec une hyper et parakératose croûteuse. La cicatrisation est difficile, malgré la guérison des lésions, et souvent des escarres apparaissent. On observe la présence de tissu nécrotique jusqu’au niveau du derme. La guérison est extrêmement difficile à ce stade.

MediRabbit

Flora, une jeune femelle Rex souffrant de pododermatite aussi bien sur les pattes avant et arrière. 

Traitement

Le traitement de la pododermatite doit se faire sur deux niveaux:

    trouver la cause de la pododermatite, ce qui inclue un examen approfondi de l’environnement où vit le lapin, et si possible, de l’améliorer, une réduction du poids en cas d’obésité, accompagné par une augmentation des possibilités d’exercice.

    traitement de la maladie.

Il est recommandé de couper les poils autour de la blessure, pour qu'ils ne puissent pas atteindre la blessure, mais ils doivent rester assez longs pour protéger le reste de la plante du pied. La blessure doit être désinfectée, par ex. avec du povidone-iode dilué, puis enduite avec une crème antiseptique. De bons résultats ont été obtenus avec les produits antiseptiques suivants:

-       Acide salicylique 0.006%;

-       Mupirocine 2% (officiellement pas recommandée pour traitement chez les lapins);

-       Néomycine 2%;

-       Miel manuka;

-       HEALx crème;

-       Calendula/Echinacea 5% gel (Powervet®, Suisse).

L'administration de l’antibiotique céphalosporine ou azythromycine s'est avéré efficace dans le traitement des abcès, qui se sont développés de façon secondaire à la pododermatite. Le traitement d'antibiotique doit se faire sur une longue période, parfois à vie.

Lorsque la pododermatite faire souffrir le lapin, des médicaments analgésiques (contre la douleur) doivent être administrés. Le meloxicam (Metacam) peut être utilisé, qui peut être utilisé pendant longtemps, sans apparition d’effets secondaires indésirables. La réduction de douleur encourage généralement le  lapin à bouger plus, ce qui est à son tour favorable pour la circulation sanguine de la jambe blessée. Si ce n'est pas le cas, la circulation sanguine peut être promue avec des instruments de massage manuels.

Le bandage des pieds peut être utile. Cela peut être par moyen d’un pansement liquide, qui produit une couche imperméable tout en permettant la respiration de la peau. Du matériel de bandage classique peut aussi être utilisé, mais doit être renouvelé de façon régulière pour éviter les infections.

Les lapins sont d’adroits destructeurs de bandages... Il est parfois utile de faire un tube avec du matériel de grillage fin, adapté à la taille du pied. Ce tube en métal peut être rembourré avec du matériel, comme du liège, d'une telle façon à ce que la région blessée est exempte de pression.

La pododermatite ulcérative est souvent difficile de traiter et la réapparition des symptômes est commune.

Linda Baley and Claudia Misceo

Bambi, une lapine de 5 ans souffrant de pododermatite sur les pattes arrière, démontrant une technique de bandage de ses pieds avec du matériel doux et des bandages adhésifs élastiques.

Les lapins pleins de caractère et plein d’énergie acceptent souvent difficilement le bandage de leur patte-arrière. ils se battent ou essayent de mordre la main ou les doigts de la personne qui les tient, à leur péril et celui de la personne. Surtout si le lapin est grand. Une nouvelle approche de la pododermatite est l’utilisation d’une « chaussette pour lapin » faite sur mesure. Elle a été bénéfique dans le traitement de lésions à la patte-arrière ou de pododermatite chez plusieurs lapins déjà, réduisant la taille de la lésion plantaire ou montrant une nouvelle apparition de poils après quelques semaines déjà.

Pour plus d’information sur ces chaussettes, contacter: info@medirabbit.com

 MediRabbit

Benny portant sa chausette pour lapin, après s’être blesse à la patte. La bandage de sa patte était très difficile pour lui et sa propriétaire. Ce n’est qu’en portant la chaussette continuellement, que la plaie a cessé de saigner et a commencé à guérir.

 

Pour des informations plus détaillées sur la pododermatite chez les lapins, voir:

Skin Diseases of Rabbits”, by E. van Praag, A. Maurer and T. Saarony

408 pages, 2010

.

 

Remerciements

Un grand merci à Arie van Praag, Paula Carter, Sandy Minshull, and Linda Baley, et Claudia Misceo pour les photos de leurs lapins illustrant ce texte. Merci également à Flora, Bambi, et Benny pour leur patience.

Informations supplémentaires

Jong IC, Reimert H, Rommers JM. Effect of floor type on footpad injuries in does: a pilot study. 9th World Rabbit Congress, Verona, Italy. 2008, 1171-76.

Drescher B, Schlender-Boebbis I.  Pododermatitis (" Sore hocks") in the rabbit. Kleintierpraxis 1996:41: 99-103.

Graham JE. Rabbit wound management. Veterinary Clinics of North America: Exotic Animal Practice 2004:7:37-55.

Harcourt-Brown F. Skin diseases. In: Textbook of Rabbit Medicine. Oxford, UK:Butterworth-Heinemann; 2002 p 233-240.

Henfrey J. Common dermatoses of small mammals. In Practice 1993;15:67-71.

Hermans K, Devriese LA, Haesebrouck F. Rabbit staphylococcosis: difficult solutions for serious problems. Vet Microbiol 2003;91:57-64.

Hoppmann E, Barron HW. Ferret and Rabbit Dermatology. Journal of Exotic Pet Medicine, 2007:16;225-237.

Rommers JM, Meijerhof R. 1996. The effect of different floor types on footpad injuries of rabbit does. In: Proc 6th World Rabbit Congress, Toulouse, France 1996;2:431-436.

Rosenthal KL. How to manage the geriatric rabbit. www.floridarabbit.org Accessed: November 2008.

 

 

 

e-mail: info@medirabbit.com