Schmorl’s disease or skin necrosis due to

Fusobacterium necrophorum

 

 

Esther van Praag, Ph.D.

 

La bactérie et la maladie qu’elle induit ont été décrites pour la première fois en 1891, par Christian G. Schmorl. Il l’appela Streptothrix cuniculi. Aujourd’hui, elle a été renommée Fusobacterium necrophorum. La maladie de Schmorl est rare et s’observe aussi bien chez les animaux que chez les êtres humains. Rarement une infection par Fusobacterium nucleatum est observée chez les lapins. 

Fusobacterium sp. est une bactérie Gram négative anaérobique non-motile, qui ne produit pas de spores. Elle fait partie de la flore intestinale normale du lapin. Il est ainsi possible que la bactérie se répand par les cécotropes. En effet, les lésions se développent essentiellement au niveau de la tête, du cou, des membres et parfois au niveau des racines dentaires.

La maladie est généralement associée à une mauvaise hygiène et elle est indépendante du sexe, de l’âge ou de la race de lapins.

La maladie est associée à une mauvaise hygiène et gestion, et ne dépend pas du sexe, de l’âge ou de la race du lapin. D’autres causes sont :

    Ptyalisme due à des problèmes dentaires, comme la malocclusion, ou des problèmes au niveau des racines dentaires,

    Respiration rapide, lié à une température élevée de l’environnement ou à une maladie respiratoire (dyspnée),

    Ustensiles pour boire inappropriés, comme des biberons qui coulent, ou un fanon de taille exagérée,

    Une cage avec des barres rouillées ou avec des bouts coupant.

afip.org/vetpath/WSC/WSC96/96wsc01.htm

 

Vue microscopique montrant des tapis et des chaines de bacilles filamenteux composés F. necrophorum.

Signes cliniques et diagnostic

Les premiers signent incluent une inflammation acute des tissus sous-cutanée. Lorsque l’infection progresse, l’ulcération de la peau est possible, avec écoulement de pus provenant des tissus sous-cutanés et nécrose.

Exceptionnellement l’infection est causée par Fusobacterium nucleatum chez les lapins.

La maladie est caractérisée par la formation d’ulcère au niveau de la peau et d’abcès sous-cutanés au niveau de la tête, du cou et des membres.  Rarement, les abcès s’entourent d’une capsule. Si la lésion n’est pas traitée, l’infection se répand au niveau de la peau, entraînant une nécrose des tissus ou s’étend vers les tissus profonds et infecter les os, le sang, et les organes vitaux, entraînant une toxémie générale. Le lapin est fiévreux et sent mauvais.

Dans certains cas, les lapins souffrent d’attaques chroniques par Fusobacterium sp. Le seul signe clinique semble être une diminution de l’appétit et une faiblesse (cachexia) chronique.

Pour confirmer le diagnostic, un échantillon de peau infecté doit être collecté et mis en culture. Des lésions similaires peuvent être le résultat d’infections par Pasteurella multocida, Staphylococcus aureus or Pseudomonas aeruginosa.

Traitement

La fourrure autour des lésions doit être rasée et la lésions sont rincées avec une solution désinfectante. le traitement local doit être accompagné d’un traitement antibiotique oral ou sous forme injection, avec, par exemple, la pénicilline, la céphalosporine, le chloramphenicol, la tétracycline ou le métronidazole, Si un os est affecté, le choix se porte sur la céphalosporine, à cause de sa bonne pénétration dans ce tissu.

Les abcès et le tissu nécrotique doivent être excisés chirurgicalement.

Si un traitement chirurgical n’est pas possible, la cavité de l’abcès doit être ouverte, débridée, et remplis avec un gel imprégné d’antibiotique. Différents produits sont disponibles de nos jours:

    placement permanent de perles PMMA imprégnées aux antibiotiques, 

    remplissage temporaire de la cavité avec un gel de collagène, imprégnée aux antibiotiques. La cavité doit être nettoyée une fois par jour, éventuellement un jour sur deux, afin d’éviter la nécrose des tissus avoisinants. 

    remplissage “wet-to-dry”  temporaire de la cavité avec un sucre  hygroscopique et bactéricide, comme le dextrose 50%, le miel manuka ou du miel légèrement stérilisé aux rayons gamma. La cavité doit être nettoyée une fois par jour, afin d’éviter la nécrose des tissus avoisinants. 

Ce dernier présente l’avantage d’éliminer l'odeur désagréable des composés ammonium et sulfurés, produits de dégradation des protéines cellulaires et sanguines par la bactérie.

Une infection par Fusobacterium sp. est en général difficile à traiter et elle tend à revenir une fois que le traitement antibiotique est arrêté. Afin de minimiser les rechutes, les causes de l’infection doivent recherchées et corrigées.

 

Une information plus détaillée sur Fusarium sp. et les possibilités de traitement peuvent être trouvées ici :

Skin Diseases of Rabbits

by E. van Praag, A. Maurer and T. Saarony,

MediRabbit.com, 2010.

Paperback, 408 pages.

Information supplémentaire

Crociani F, Biavati B, Castagnoli P, Matteuzzi D. Anaerobic ureolytic bacteria from caecal content and soft faeces of rabbit. J Appl Bacteriol. 1984; 57(1):83-88.  

Garibaldi BA, Moyer C, Fox JG.  Diagnostic exercise: mandibular swelling in a rabbit. Lab Anim Sci. 1990; 40(1):77-78. 

Hofstad T, Sveen K. Endotoxins of anaerobic gram-negative rods. Scand J Infect Dis Suppl. 1979; (19):42-45.

Kanoe M, Toyoda Y, Shibata H, Nasu T.  Fusobacterium necrophorum haemolysin stimulates motility of ileal longitudinal smooth muscle of the guinea-pig. Fundam Clin Pharmacol. 1999; 13(5):547-554.

Licois D. Tyzzer's disease. Ann Rech Vet. 1986;17(4):363-386. 

Nakajima Y, Ueda H, Takeuchi S, Fujimoto Y. The effects of Escherichia coli endotoxin as a trigger for hepatic infection of rabbits with Fusobacterium necrophorum. J Comp Pathol. 1987; 97(2):207-215. 

Ormerod D, Koh K, Juarez RS, Edelstein MA, Rife LL, Finegold SM, Smith RE.  Anaerobic bacterial endophthalmitis in the rabbit. Invest Ophthalmol Vis Sci. 1986; 27(1):115-118.

Seps SL, Battles AH, Nguyen L, Wardrip CL, Li X. Oropharyngeal Necrobacillosis with Septic Thrombophlebitis and Pulmonary Embolic Abscesses: Lemierre's Syndrome in a New Zealand White Rabbit. Contemp Top Lab Anim Sci. 1999; 38(5):44-46.

Tyrrell KL, Citron DM, Jenkins JR, Goldstein EJ. Periodontal bacteria in rabbit mandibular and maxillary abscesses. J Clin Microbiol. 2002; 40(3):1044-1047. 

Ward GS, Crumrine MH, Mattloch JR. Inflammatory exostosis and abscessation associated with Fusobacterium nucleatum in a rabbit. Lab Anim Sci. 1981; 31(3):280-281.

 

 

 

 

e-mail: info@medirabbit.com